Un bon sommeil pour un bon mental

 

D’abord pour info voici à quoi ressemble votre cycle du sommeil

 

Au niveau mental, à quoi sert le sommeil ?

Pendant la nuit, votre cerveau ne dort pas : il travaille ! c’est Ă  ce moment-lĂ  que le cerveau nettoie les dĂ©chets et toxines de la journĂ©e. Il va trier ce qui doit ĂȘtre consolidĂ© dans la mĂ©moire Ă  long terme, ce qui doit ĂȘtre oubliĂ© (pour laisser de la place aux apprentissages le lendemain) et assimiler les apprentissages de la journĂ©e.

Et c’est pourquoi lorsque vous manquez de sommeil, vous rĂ©ussissez moins bien Ă  vous concentrer, Ă  tenir des raisonnements aboutis, et Ă  prendre des dĂ©cisions.

 

Si le sommeil est insuffisant ou de mauvaise qualitĂ©, la zone du cerveau responsable de la gestion des Ă©motions n’effectue pas non plus son travail.  Nous l’avons tous ressenti, comment une mauvaise nuit de sommeil impacte notre humeur, en nous amenant par exemple plus facilement Ă  pleurer ou nous Ă©nerver plus facilement. Cela ouvre aussi la porte Ă  d’autres Ă©motions nĂ©gatives comme les doutes, les peurs


 

Les liens sommeil – stress

 

C’est un lien dans les deux sens Ă©videmment.

Vous l’avez dĂ©jĂ  expĂ©rimenté : le stress empĂȘche de dormir et ne pas dormir gĂ©nĂšre un stress rĂ©current


Nous l’avons vu : le manque de sommeil favorise les troubles anxieux puisqu’en dormant moins, vous rĂ©ussissez moins Ă  gĂ©rer vos Ă©motions. Il n’est alors pas surprenant que le stress prenne facilement le contrĂŽle. Le problĂšme, c’est que le stress et le manque de sommeil forment un cercle vicieux : si vous ĂȘtes anxieux, vous ĂȘtes plus susceptible d’éprouver des difficultĂ©s Ă  vous endormir et Ă  vous rĂ©veiller pendant votre sommeil. Et ce manque de sommeil amplifiera davantage votre niveau de stress


 

Pour agir : si vous souffrez de stress, rĂ©Ă©couter l’émission des experts sur la charge mentale et l’estime de soi en utilisant notamment les outils tels que la cohĂ©rence cardiaque ou les 3 kiffs par jour.

Les autres impacts sur votre santé mentale ?

« D’un point de vue physiologique, les troubles du sommeil sont souvent associĂ©s Ă  l’obĂ©sitĂ©, au diabĂšte, aux maladies cardiovasculaires et Ă  l’affaiblissement du systĂšme immunitaire. Le sommeil est Ă©galement important pour l’adaptation psychologique, notamment la rĂ©gulation de l’humeur et le fonctionnement cognitif, et surtout, il peut avoir d’importantes rĂ©percussions sur notre capacitĂ© d’apprentissage, notre mĂ©moire et nos capacitĂ©s dĂ©cisionnelles.

Par exemple, une personne sur cinq qui est atteinte de dĂ©pression prĂ©sente Ă©galement une forme quelconque d’apnĂ©e du sommeil – et une personne sur cinq qui est atteinte d’apnĂ©e du sommeil prĂ©sente une forme quelconque de dĂ©pression. L’insomnie est Ă©galement prĂ©sente chez les personnes atteintes de schizophrĂ©nie, d’anxiĂ©tĂ© et de dĂ©pression, de mĂȘme que des anomalies de la physiologie du sommeil et du rythme biologique. »

Sources : centre de santé mental Otawa

Les astuces pour s’en sortir

  • Avoir une bonne hygiĂšne du sommeil

Attention – Ne loupez pas le train du sommeil : le train passe en gare Ă  heures rĂ©guliĂšres soyez attentifs 😊 !

 

  • Astuce du jour : voici mon exercice prĂ©fĂ©ré en cas de difficultĂ© pour s’endormir ou se rendormir entre deux cycles de sommeil
    • Utiliser la respiration basse abdominale, avec une inspiration courte par le nez et une expiration logue par la bouche
    • DĂ©compter de 50 Ă  0
    • Tous les 5 dĂ©comptes suspendre son expiration quelques instants
    • Si vous loupez un dĂ©compte recommencer de 50
    • Si vous ne dormez pas Ă  ZĂ©ro, recommencer de 35

 

 

et retrouvez ces éléments dans le Podcast France Bleu ici