Evidemment les deux notions ne sont pas identiques mais elles ont un point commun essentiel  : comme beaucoup parmi nous, vous en manquez, et vous ne savez pas concrĂštement ce qu’il faudrait faire pour en “acquĂ©rir”.

En revanche, la comparaison avec les autres vous permet aisĂ©ment de constater que tout le monde ou presque en a mais pas vous, et que finalement vous n’en aurez peut ĂȘtre plus jamais !

Nous sommes au cƓur de la prophĂ©tie auto rĂ©alisatrice que ma grand mĂšre appelait le cercle vicieux : moins vous pensez en avoir et plus vous constatez en manquer, et plus aujourd’hui qu’hier! On parle aussi de “nominalisation” qui tord votre perception : votre cerveau n’arrive pas Ă  prendre la “rĂ©alitĂ©” de ce qu’il faut faire derriĂšre ces notions devenues fourre tout.

Alors, comment on s’en sort ? tout d’abord “casser” cette nominalisation et nommer correctement les choses pour que votre cerveau puisse agir. Commençons par le plus simple : la confiance en soi.

La confiance en soi n’est pas quelque chose de figĂ©, d’immuable, ce n’est pas une de vos caractĂ©ristiques. Partez du principe que la confiance en soi est tout simplement l’ajustement entre vos objectifs et les moyens (intellectuels, physiques, temps, ….) dont vous disposez. C’est comme une jauge de pression : des objectifs perçus/attendus trop Ă©levĂ©s vous bloquent.

2 actions sont alors en mettre en Ɠuvre : questionner votre objectif avec ou sans accompagnement et Ă©ventuellement rĂ©Ă©valuez le en le revoyant Ă  la baisse, ou simplement en mettant des objectifs intermĂ©diaires qui vous permettent d’y accĂ©der marche aprĂšs marche.

Dans le mĂȘme temps, mettez Ă  plat vos capacitĂ©s (vos points forts) : lister ce que vous savez (bien) faire, comment vous contournez les obstacles et prenez du temps en relaxation/mĂ©ditation (voir ma chaĂźne YouTube pour des exemples : ici) pour vous rĂ©pĂ©ter ces points forts. Les activitĂ©s physiques en extĂ©rieur, ou de concentration manuelle (musique, couture, jardinage, …) permettent aussi de renforcer cette confiance en soi. Le mot clef est la bienveillance envers soi-mĂȘme, afin de passer les obstacles et les Ă©checs.

Il est possible d’avoir une bonne confiance en soi pour ces objectifs Ă  court terne sans avoir une trĂšs bonne estime de soi.

L’estime de soi est l’image que nous avons de nous mĂȘme Ă  un instant donnĂ© par rapport Ă  celle que nous aimerions avoir, ou celle que nous pensons que les autres ont. L’estime de soi est synonyme d’estime de soi, c’est une auto Ă©valuation. Avoir de l’estime de soi c’est d’ĂȘtre bien avec soi-mĂȘme, que vos actes, votre vie, soient en harmonie avec vos valeurs. La thĂ©orie est donc assez simple avec une voie toute tracĂ© :  Acceptez de prendre des risques, de vous tromper et d’accepter vos manquements sans penser que vous ĂȘtes un(e) ratĂ©(e). VoilĂ  la voie royale vers plus d’estime de soi. Mais comment augmenter cette estime de soi ???

L’estime de soi Ă©tant basĂ©e sur la comparaison entre la vision du soi idĂ©al et l’image de soi, il sera donc nĂ©cessaire de travailler sur ces deux axes. L’accompagnement en coaching au travers de l’hypnose permet de vous questionner en prenant du recul afin de dĂ©velopper une vision objective de vous mĂȘme dans sa globalitĂ© et de vous accompagner dans la reconstruction de l’image que vous avez de vous mĂȘme. Vous pouvez aussi travailler et renforcer votre estime de vous mĂȘme :

  • en mĂ©diation/relaxation renforcez votre discours interne positif en vous rappelant Ă  vous mĂȘme les 3 choses que vous apprĂ©ciez le plus chez vous (les phrases commence par “je suis….”). Si vous ne l’avez pas dĂ©jĂ  fait, essayer de le faire pendant une de vos 3 sĂ©ances de cohĂ©rence cardiaque,
  • prenez soin de vous : dormez suffisamment, mangez sainement, faites des activitĂ©s en extĂ©rieur, prenez 3 sĂ©ances de mĂ©diation par jour, tout ce qui compte vraiment pour vous, ne gaspillez plus votre Ă©nergie …
  • faites des listes de ce que vous avez fait et rĂ©alisĂ© dans la journĂ©e, replanifiez de façon les points non terminĂ©s,
  • soyez aussi indulgent avec vous-mĂȘmes que vous l’ĂȘtes avec les autres : pardonnez vous, acceptez vos erreurs,
  • sĂ©lectionnez votre entourage, ne retenez que les personnes qui vous font grandir, ne retenez pas ceux qui vous dĂ©valorisent dans votre auto Ă©valuation,
  • notez vos 3 kiffs par jour : les 3 Ă©lĂ©ments qui font que vous ĂȘtes contents d’ĂȘtre vous ce jour lĂ  !

 

 

Alors ? pourquoi les dissocier? mieux nommer permet de mieux comprendre les ressorts diffĂ©rents de ces deux notions. Et faites comme au dĂ©but de cet article : ne cherchez pas Ă  savoir si il vaut mieux plus de confiance en soi ou plus d’estime de soi ! mettez les actions en pratique, les deux font la paire et s’auto entretiennent.